viernes, 7 de mayo de 2021

HYRGAL

 


Origen: Francia

Formados: 2007

Estilo: Black

Temática: Mitología y ocultismo

Enlaces: Bandcampfacebook y spotify

Miembros: 

  • A.C. Bajo
  • F.C. Guitarras y voces
  • N.M. Batería
Discografía:

  • Hyrgal / Kairn Split 2008  
  • Serpentine CD 2017
  • Bâ'a / Verfallen / Hyrgal Split 2018
  • Fin de règne CD 2020
FIN DE RÉGNE (2020)
Segundo álbum para esta ya veterana banda francesa que para la ocasión ha incorporado a batería y bajista nuevo capaces por si solos de dar una nueva perspectiva al sonido de este trabajo que mantiene por otro lado la senda marcada en su compartido más reciente con Bâ'a y Verfallen . Hyrgal se mantiene fiel al sonido underground francés como trasfondo, alejado de modas y ciertos convencionalismo que pueden asomar en el estilo, pero no renuncian desde estos principios a incorporar algunos elementos que sin llegar  ser del todo experimentales si que añaden a su propuestas ciertas influencias melancólicas desde un tono que pudiera considerarse post metal. El álbum mantiene un sonido muy poderoso con un buen puñado de riffs densos de guitarras enfurecida que muchas veces los acercan también a terrenos doom, con un buen papel de la batería que de manera atronadora sumerge al oyente en un ambiente de oscuridad. Las voces se muestran agresivas y profundas, sin renuncias a aspectos como el de la gravedad pero que con cierto dinamismo también abarcan facetas más próximas a la melancolía. Aunque las composiciones se muestran densas y directas algunos cambios de intensidad permiten ofrecer algo de variedad al conjunto ofreciendo tal vez un plano mucho más melancólico sin renunciar incluso a cierta melodía en segundo plano. No podemos pasar por alto un aspecto que hace posible que este álbum nos recuerde al sonido black francés, desprendiendo como decía la comienzo un aroma a black de corte medieval al mismo tiempo que no renuncia a incorporar elementos más recientes como sonidos post. (8).




1. Colère noire 04:26
Nouvelle ère, nouvelles cibles
Traits de sang pour paraphes sur les pages du temps
En hommage à ces heures perdues à la lueur du vide
À ces aubes tristes de ne voir renaître le printemps
Colère noire qui s'habille de viles langues vipérines
Renaissance en fulgurance d'un corps d'éther en transhumance
Lumière vive, vibrance létale au Zénith
Table rase des passés rances.

"Qu'adviennent les insurrections fracassantes, hirsutes, ahuries
Harcelant la nuit et réclamant la mort..."

À couteaux tirés dans les dédales des illusions
Percé à jour
J'empoisonne le monde de mes plaies ouvertes.

Fureur et nerfs d'acier embrassent la haine et la vérité.

Sous l'égide d’Héphaïstos
Invincible exarque en révolte
Sang de serpent et rage funeste
Armes au cœur, désinvolte
Forgé de noir et d'absolues ténèbres
L'aube de l'hiver en fresque funèbre
Étincelle aux entrailles de la mort.

Loi du Talion commandant aux raisons d'autrefois
Résilient qui exulte un verdict assassin
À ces mentors, qu'ils disparaissent et subissent leurs déclins
Ineffable clairvoyance sur les erreurs de foi.
 
2. Malthusien 04:58
Comme une griffe qui défigure les chefs-d’œuvre Nauséeuses nuances quantiques Encrassent les racines d’Yggdrasil Chevauchent les siècles de mes aïeux Et jettent les héritages en hors-d’œuvre Aux charognes du nouveau cycle. De la haine qui tourmente, se transforme en despote Cuirasse son âme Pour un assaut final au royaume d'Elohim Brûle les anges aux ailes célestines Proclame le sacre Mets un terme aux palabres au pinacle des nouveaux christs. Que se dessoudent les alliances Deuil éclair des amours de Vérone Des cimes au grand vide Du cosmos aux racines Fais place nette au néant. Doctrine de Malthus, en résistance à l'avenir.  

3. Ennemi(e)s 06:36
Novembre se meurt, écarlate, au son du tocsin. Dans un bruyant dimanche de funérailles, Où couardes grises mines se révulsent sous une pluie de plomb, Crachée d'un feu céleste, Irrévérence flagellée, foule domptée au clairon. Zéphyr hurle et danse sur les derniers espoirs, Courtisant des cordes raides, valsant, Sous le fracas des orages colériques. Alors ne reste que la course des loups dans la nuit, Les odes de vermeil sur les ronces, Les berceuses des affres nocturnes Où les chairs pleurent leurs affronts. Lune grivoise aux gants de glace Baiser fatal, crachin de venin Cœur féral et volte-face En dernière nuit, une morne éclipse, celle des remords...sème la mort... Verdandi en suspend, tisseuse des destins en disgrâce Rompt les liens de vie des corps célestes Et s'effondre alors dans la pâleur d'un matin de guigne Les carcasses molestées des ascètes Dernier mouvement d'échines Sous l’œil vicié du nouveau Roi Au son des nocturnes tristes et Odes placides Et en acte de foi, aux astres, au néant Répand au vide, dans une glaire d'acide Les restes damnés, les souvenirs Et l'âme souillée des ennemi(e)s.  

4. Sépulcre 04:33
Errances, les cent pas, tourne en rond sur les ruines des espoirs d'un meilleur ailleurs.
L'étreinte du grand rien dans un crépuscule de glace opale.
Plus d'ennemis au lointain, rien que la nuit et la haine à ronger comme un os à moelle
Thaumaturge au rabais, voit fuiter de sa sphère d'ignorance les rémanences du déclin.
Fresque mortuaire aux portraits saturniens.
D’ersatz sans saveurs, soumis au destin
Avec LUI qui traîne sa fange en sous-sol et qui se marre de mon ennui mortel
Peu importe les bannières, ou l'opprobre en final
Mieux l'oubli, qu'une vie à l'épitaphe banale.
  
5. Glyphe de sang 06:55
Sous les lueurs de Vénus Résignation, serments et grand final Zélote aux larmes de sang, Dévots et démons en Parade Rencontre du fils avec la mère Des rites païens sous les voûtes stellaires Des Cultes Étheriens sous les arcs brisés Sacre funèbre au parfum d'aubépine Lois divines empreintes de vipérine Mystifient le présent et déclament... au néant Psaumes Stygiens et pamphlets hérétiques. Pour que brûlent enfin, avec pertes et fracas, dans la nuit les édens sanctifiés Faisant fi des préceptes, offrandes d'âmes au creuset Que s'effondrent les icônes déifiées de cristal et les temples de marbre Aubade à la mort, scelle le pacte dans le sang et dissipe les mirages. Glyphes de sang, sur ces terres de sacre Qu'irradient du cruor les lueurs d'étoiles. Stèles macabres aux reflets d'obsidienne Guident les pas de l'effroi dans les loges royales. Sombre mascarade Un pas lent pour les amours lasses Cérémonie de clôture des bonheurs d'autrefois. Sous les astres en témoins, destin scellé dans l'immonde Au son des stridences, dansent les noires phalènes d'outre-tombe D'un battement d'ailes envahissent les merveilles Tombe le voile à l'envol des corneilles.  

6. Héritier mort-né 04:45
Pleurs de stryges, au fin fond des ténèbres Lumières mortes, flammes du diable, incendient les rêves Peurs primales, excisent le présent Règne suprême, d'un mort-né d'héritier orné d'une couronne de sang. Chute mémorable, au tréfonds du néant Geôle souterraine, vie d’exilé au chevet de Néron. Ignis - Gloria - Paganus C'est dans les Loges dorées, calfeutrées de velours des palais d'hier Que jouiront dans la mort les beautés Byroniennes Eau vermeille, rémanences de lys, altérations diluviennes. Chaires vidées embrassant le bleu roi L’œil du Lion aux éclats de grenat L'inavouable, son bronze reflète Scrute le monarque, dans son idiome, parjuré. 
7. Triste sire 07:32
 Sombre ciel éreinte les terres de mort
D'un royaume oublié, autrefois Égrégore
D'où jaillissent les aigreurs du passé
Des relents d'amertume d'une fin de règne cyanurée.

Souverain déchu sans légendes élyséennes
Salle du trône en ruine et régence Arlésienne.

Vacarme de Taranis derrière les meurtrières
Le Diable à la grande porte, une nuit sans prières
Arpente les veines de l'enfer jusqu'au gouffre
La traîne dans la fange et une haleine de soufre.

Désolante affliction fait couler le sang
Dans des calices de rouille aux essences délétères
Un futur fait de cendres, sans matins élégants
Accompagne le malin dans son être mortifère.

Devenant à jamais mort-vivant
Cristallise le tyran en golem de chair.

Envenime la vie d'un monde crépusculaire
Vois les édens sanctifiés sacrifiés aux ténèbres
Dans les caveaux du roi, les cadavres des espoirs
Regrettant ces terres de foi, dévorées par le soir.

Ne reste alors qu'un triste sire, sans couronne, fustigeant la mort.
  39:45





Vinyl, LP, White





No hay comentarios: